Cheval Debout , SDF (Sauvage des Forêts) varoises

Le 11 mai 2014


" Il vaut mieux jeûner avec les aigles que picorer avec les poules  "


Retour sur un personnage attachant qui depuis plus de vingt ans a choisi la liberté des bois et l'aventure de la non consommation : Le Var, le Portugal,  le Maroc sont ses grandes plaines...

COMME UN CHEVAL DEBOUT
Regard critique sur les activités du monde moderne selon le point de vue primordialiste de Cheval Debout. » Il faut laisser libre passage aux Qualités du Souverain Bien… car ce message nous le sommes au fond de nous même… »
(premières pages)
PREFACE
Les Indiens sont issus de nos jeux d’enfants, quand il s’agit de quitter les sentiers battus pour chercher l’aventure dans le jeu de la vie.
Adulte, il y a encore de ça.
L’Indien c’est le compagnon qui a quitté sa Cayenne, c’est le frère qui a abandonné sa Loge, emportant dans leur besace les secrets, les serments qui les engagent à l’humanité et qui partent sur le chemin de la vie pour y semer leurs principes, leurs idées et leur bonheur de vivre.
Georges Brassens les chante avec « Les oiseaux de passage », qui survolent à mille lieues leurs frères volatiles, demeurés, animaux de basse-cour, à patauger sur les fumiers.
Ils nous sont nécessaires ces oiseaux-là, pour nous faire partager l’ivresse des altitudes, nous montrer un mode de vie alternatif et nous faire pénétrer à leurs côtés, dans le Royaume des atypiques.
C’est aussi celui des Indiens. Ils nous interrogent, nous interpellent, nous choquent et nous renversent.
Ils sont restés dans le monde de l’enfance que nous avons quitté lorsque nous avons rejoint le grand troupeau des Hommes.
Ils ont laissé leur Tipi planté au bord de la rivière, ont continué à chanter avec le cours d’eau et à parler à Dieu.
Aujourd’hui dans notre monde désarticulé, dominé par le mépris de l’autre, où l’égoïsme est roi, les Indiens nous fournissent une autre voie, hors des sentiers du confort et du profit.
Cheval Debout nous ramène de ses rapports avec l’éternel un sérieux avertissement. C’est aussi le message d’un pur de la forêt, conservateur des bois, des clairières, des vallées, des ruisseaux, qui souffre pour les hommes de les voir se haïr et pour la nature de la voir mourir.
Cheval Debout est une alternative à ceux qui s’interrogent et qui ont le courage d’interpeller le monde.
Sa seule tradition est celle de l’authentique et de la communion par l’amitié.
Voici ce que j’ai à te dire, Cheval Debout, à toi, Chant d’Automne, à vous tous de la tribu, et à tous les Indiens de la terre.
Crois-moi mon frère,
» Il vaut mieux jeûner avec les aigles que picorer avec les poules. »
Georges Meurisse
Je dédie ce réquisitoire enflammé de pacifisme intense à mes cent quarante quatre millions d’amis, à commencer par ma femme dont la fidélité, la force et la fécondité ont largement contribué à l’éclosion d’un certain œuf, un art de vivre intégral dont je distribue volontiers les éclats de coquille.
Je cite également ce formidable et admirable artisan du Grand Œuvre qu’est mon fraternel ami Georges Meurisse, grâce auquel j’ai pu collaborer au bénéfice d’une prochaine paix mondiale, lui en tant que militaire de grande valeur, et moi en tant que sauvage des forêts (S.D.F).
La troisième personne fascinante et hors du commun vers lequel mon cœur s’élève comme un faucon, c’est Daniel Herrero, ce puissant barbare, guerrier contre les forces du mal et excellent bon vivant, également un ami fraternel.
Michel – Charles Hadjiman 24.01.52 Catégorie  : Insolite.

Postez votre commentaire

*