Giono et le barrage … « L’eau vive »

Le 2 juillet 2014


- "L'eau vive"  ? Puisqu'elle ne le sera plus ! La  Durance sauvage va être capturée et enfermée dans un lac. Elle n'en ressortira que par un petit trou, après avoir été vidée de sa vie, transformée en électricité. 1956, l'après- guerre, il faut reconstruire et trouver des énergies. Le monde rural, déjà saigné par la guerre de 14-18 va connaître une  nouvelle transformation.C'est aussi ce qu'ont vécu les habitants des Salles sur Verdon et Fontaine l'évêque, engloutis sous le lac de Sainte Croix...J.C.Honnorat

Enregistrée le 16 juin 1956, cette archive annonce que Jean Giono prépare un film qui s'intitulera L'Eau vive et précise qu'il sera tourné sur les rives de la Durance « qui se dépoétise sous la volonté industrielle de l'homme ». On assiste d'abord à la répétition d'une scène dans une cour de ferme des Hautes-Alpes. On y voit notamment Blavette et Pascale Audret, « la découverte de Giono ». Curieusement, le réalisateur du film, François Villiers, n'est jamais cité, bien qu'il apparaisse à l'image. Le reportage montre ensuite les ultimes (et lourds) préparatifs avant le premier tour de manivelle, puis le tournage lui-même, de nuit, au bord de la Durance.

 
Catégorie  : Archives.

Postez votre commentaire

*