Gratiferia, des objets, des vêtements et des sourires

Le 23 novembre 2014
Dans une gratiferia (Fête du gratuit), des objets que l’on croyait bons pour la poubelle retrouvent parfois une seconde jeunesse. Il s’agit d’un des très rares endroits où l’on n’est pas limité par le contenu de son porte monnaie. De plus, des liens nouveaux se créent ; on échange avec des passants ou des participants dans la joie et la convivialité. Cette 3é édition est organisée par le Centre Social & Culturel de Draguignan, avec la participation d'associations locales comme Dracénie Solidarité ou MODE 83 présentant des outils DIY - Do It Yourself  (faites le vous même).
En incitant les personnes à venir déposer des objets dont ils n’ont plus l’utilité et qu’ils acceptent de donner, sans attendre quoique ce soit en retour. Ceux qui le souhaitent peuvent ensuite se servir gratuitement, qu’ils aient ou non quelque chose à offrir, cela n’a pas d’importance. Il ne s’agit donc pas de troc, puisqu’il n’y a pas forcément de réciprocité.
Notons également qu’une gratiferia ne se limite pas forcément aux objets. Des biens immatériels peuvent également être proposés : performances artistiques, musicales, échanges de compétences, etc. A l'unanimité le public en redemande !! Catégories : Initiatives.

Un commentaire

  1. Bonne idée: il faut le faire partout et souvent. En anglais (les biens immatériels): skill-swap. C’était toujours comme ça avant. Mieux que l’argent. Mais peut-être il y a des gens qui prennent trop et profitent sans donner? Pas de règles, que de l’éthique (en anglais: morals)…

    Jenny Hughes, 2 years ago


Postez votre commentaire

*