L’inquiétude des bergers du Var

Le 19 mars 2018



 


Reportage Francis Malory   Jean Paul Bierlein



Surfaces pastorales : la Confédération paysanne interpelle les parlementaires



Selon le syndicat, "le gouvernement doit agir avant le 31 mars pour rendre éligible aux aides" les surfaces pastorales ligneuses.




Après une manifestation organisée il y a quelques jours au ministère de l'agriculture, la Confédération paysanne interpelle les parlementaires dans le dossier des surfaces pastorales ligneuses. Selon le syndicat, qui demande l'appui des deux députées et du sénateur des Alpes-de-Haute-Provence"ces surfaces constituées de moins de 50% d'herbe nourrissent les troupeaux de notre région (châtaignes et glands, ligneux, broussailles, garrigue, bois pâturés), offrant une ressource pérenne quand la sécheresse sévit. Pourtant une partie de ces surfaces est exclue des aides PAC car non reconnue comme surface agricole." La Confédération paysanne "s’oppose fermement à toute modification qui irait dans le sens de la baisse de l’admissibilité des surfaces pastorales dont la valeur alimentaire est largement reconnue".

Dans un communiqué, les représentants locaux de la Confédération paysanne expliquent : "Pour répondre au grief de la Commission européenne, il ne s’agit pas de modifier l'admissibilité des surfaces (prorata) mais bien de revoir les contrôles pour les adapter à ce type de surfaces. La Confédération paysanne propose de mettre en place un groupe de travail, regroupant tous les acteurs concernés, notamment les acteurs pastoraux et les scientifiques, pour définir cette méthode de contrôle".

"Parallèlement, afin de sécuriser le dispositif français de reconnaissance des surfaces pastorales ainsi que la possibilité de reconnaître les surfaces pastorales qui ne le sont pas à ce jour, le gouvernement doit se saisir, avant le 31 mars, de l'opportunité du règlement européen «omnibus» pour rendre éligible aux aides «les terres qui sont pâturées et où l’herbe ou les fourrages herbacés ne sont pas prédominants ou sont absents » sur tout son territoire".


 







Catégorie  : Economie.

Postez votre commentaire

*