Présidentielles 2017: Le Var et Draguignan à contre-courant !

Le 24 avril 2017:

En plaçant Marine Le Pen à plus de 32%, François Fillon à 22% et Emmanuel Macron à 17,4%, les électeurs dracénois ont une nouvelle fois tiré la langue aux chiffres hexagonaux.

Exceptionnellement, les sondeurs parisiens avaient désigné depuis quinze jours le bon trio de tête... A Draguignan seuls les résultats nationaux avaient alors fourni le carburant des enthousiasmes et des dépits.

Le comité « En Marche » de la dracénie fêtait sa victoire, les yeux écarquillés sur le score national de cette première compétition victorieuse, voyant son chef déjà installé à l'Elysée, tandis que chez les Républicains on réalisait avec douleur que depuis le début de la 5ème République, pour la première fois la droite républicaine ne figurerait pas au second tour.

L'occasion pour le député sortant de la huitième, Olivier Audibert-Troin, de rappeler qu'il fut de ceux qui préconisèrent un changement de cheval, dès les premières morsures du Canard Enchaîné au candidat sarthois, finalement sorti. Le député aux 65 communes du Haut Var, déclarait aussitôt qu'à titre personnel il voterait Macron, non par adhésion mais par choix du moins pire des deux finalistes. L'un dépourvu d'expérience pour servir le pays, l'autre trop dangereuse, en particulier pour les finances de chacun et de tous.

Olivier Audibert-Troin démarrait aussitôt sa campagne législative, constatant qu'à l'image du pays qui souhaitait désormais un personnel politique honnête, il n'avait jamais été pris en défaut dans ce domaine ayant terrassé cinq ministres de François Hollande, initiateur imprudent d'une défunte République exemplaire.

Le Député varois mettait en garde son challenger soutenu par le FN sur l'immense charge de travail exigée par cette énorme huitième aux 65 communes. Avouant un caractère vif, il en vantait aussitôt les avantages façon Fillon : « aimez-donc-mon-programme-plus-que-ma-personne . Un député est fait pour travailler et la 8ème c'est beau, mais lourd et compliqué... »

La soirée s'étirait, le Front National et le Parti Socialiste seraient enregistrés demain.

Détail touchant, à Draguignan, grillant Hamon gelé à 3'91% , Dupont Aignan brûlait les planches avec un 5,2%...Dans le hall du théâtre un connaisseur marmonnait : « il doit y avoir un nid de Dupont-Aignanais dans le coin ! »...Qui sait ?

Jean Claude Honnorat
Catégorie  : Elections Présidentielles.

Postez votre commentaire

*