GOOD VIBES FESTIVAL 2013

Le 11 septembre 2013

Texte: Bernard Demandolx


Reportage Canal-d : Jannick Roy


Good vibes, en français bonnes vibrations, peut pleinement justifier désormais son nom. Le festival de musique à dominante reggae que vient d'organiser deux soirs d'affilée l'association de Christian Denizet au théâtre de verdure, a non seulement attiré la foule, mais l'a faite aussi littéralement vibrer.


Et il y avait de quoi. Entre un « Valério Big Band » très motivé de faire découvrir son dernier album « Au grand complet », des « Somnambulites » croyant presque rêver de jouer devant autant de monde et les Niçois de « Sinke Sakeou » encore tout secoués d'être passés de peu à côté d'une grande carrière, l'affiche du premier soir sur laquelle figurait aussi « Basselectrounit », était plus que belle.


La buvette en ressource


Elle avait aussi l'avantage d'avoir été placardée un peu partout dans la Dracénie quelques semaines auparavant. « Nous avons retenu la leçon de l'année dernière où par faute de communication nous étions passés complètement à côté de notre soirée dans ce même lieu » regrettait Christian Denizet tout en s'affairant à la buvette, l'unique source d'alimentation de l'association, en plus de la subvention municipale. « Nous, ce que nous cherchons c'est organiser des soirées musicales pour tout le monde, c'est-à-dire gratuites. Alors pour s'en sortir, on compte sur les boissons ». Et puis aussi un peu sur la générosité et la compréhension des groupes invités, « nous ne demandons, comme d'ailleurs tous ceux qui vont se succéder pendant ces deux soirs, aucun cachet » révélait Djip, le bien inspiré chanteur de « Sinke Sakeou ».


C'est génial !


Frais de déplacement et de bouches étaient en fait les seuls prévus au contrat. Et tout le monde semblait y trouver son compte, « jouer dans un cadre pareil, c'est vraiment super » se félicitait le leader de Valerio Big Band tandis que Sylvain qui était monté tout spécialement des Arcs pour cette soirée avouait, « moi je vais rarement dans les concerts, on paye trop cher »« C'est vraiment génial, il en faudrait plus souvent des moments comme cela » s'enthousiasmait Stéphanie, venue avec ses copines Alexia et Justine. Pas loin d'elles, un couple n'ayant plus forcément l'âge de la musique proposée ce soir-là, attendait sagement assis que ça commence, « vous avez vu on est des habitués du lieu » s'amusait Marie-France en désignant le coussin sur lequel elle avait posé confortablement sous ses fesses, « car on aime tous les genres de spectacle, du moment que c'est bien ».


Et ce fut vraiment bien. Autant le premier que ce second soir où « Aphrotones » de Salernes et « Rems et Froid » d'Entrecasteaux, étaient venus compléter un plateau de choix.

Catégorie  : Musique.

Postez votre commentaire

*